Accustic Arts DAC1 MK4

Capture d’écran LAB12 DAC1 REF.PNG.jpg

Date : Juin - Septembre 2021

IMG_7833.JPG

Mots qui me viennent à l’esprit : CE SOIR JE SORS

Très, très belle découverte !

 

Encore une fois, guidé par ma curiosité, je

me suis penché sur cette machine lorsque

j’ai constaté qu’elle utilisait les mal nommées

puces du pauvre de chez Philips de la grande

époque.

 

Cependant, ce sont ces pauvres puces qui

se chargent de la digestion de bits sur des

machines telles que le Altmann dac, Border

Patrol, CAD à plus de 10’000€ et quelques

autres chinoiseries venues de Chine. Oui…

je crois que c’est bien ce que je voulais

écrire.

J’espère ne pas me répéter mais il semblerait

que ces puces, du fait de leur

bas coût mais également de par les

possibilités d’adaptation qu’elles offrent,

soient de plus en plus utilisées par des

concepteurs chevronnés pour pondre des

engins d’exception car elles laissent un grand

champ ouvert à leur génie et imagination.

 

J’ai donc contacté Marc de High End Audio,

le distributeur français de la marque, qui m’a

très aimablement vendu un dac pour test.

LE SON :

Avec de tels engins, c’est pas la peine de noyer

le poisson.

C’est un dac formidable et notamment vu le

prix.

Il utilise deux lampes de sortie, de la famille

des ECC88. Très bien fourni côté connectique

avec une excellente entrée USB et deux vrais

sorties XLR qui accompagnent les classiques

RCA.

 

Allez peut-être, si cela vous intéresse, jeter

un œil à ma chronique sur le dac AMR.

Car ce dac est dans la même veine mais avec

un peu plus de tout. Plus ample au niveau de

la scène et de la bande passante (ce qui était

le gros défaut de l’AMR), plus dynamique,

plus pêchu dans le bas mais en égalant l’AMR

sur tout ce qu’il offrait de merveilleux. Médiums

à croquer avec une somptueuse matière qui ne

tombe jamais dans la lourdeur. Une séparation

des instruments rare dans ce genre de dac et

cette fluidité typique des meilleurs machines à

lampes. Question tempo, il est proche de

mes chéris et, vous le savez, ce

sont pour moi les machines entrainées par

la fameuse puce Ultra Analog 20400. Arriver

à un tel résultat avec des TDA1543, c’est la

preuve que le concepteur qui est derrière cette

machine n’est pas né de la dernière pluie.

IMG_7682.JPG
IMG_7834.JPG
IMG_7835.JPG

LE HIC :

Oui, car il y a un Loïc là-dedans !

J’ai commencé à présenter ce dac à plusieurs clients qui cherchaient une machine qui fasse de la Musique

et de l’excellent son. Et c’est ce qu’ils ont pu constater. Or, c’est justement chez Loïc que j’ai découvert qu’il y avait un Hic.

 

Nous passions des morceaux qui étaient reproduits la plupart du temps de façon magique. Or, parfois

et selon le morceau, le niveau de qualité n'était plus le même. La magie laissait la place, comme c'est souvent le cas à un son plus crispé, disons plus moderne et technologique.Je ne comprenais pas, ce n'était pas mauvais mais il y avait une perte d'immersion. En fin de comptes, le souci venait du fait que Loïc possédait, tous mélangés, différents types de fichier musicaux. La grande majorité en format cd normal 16/44 kHz mais également un nombre assez important de fichiers à haute résolution. Du 24/96 kHz, etc. Ce qui n’est pas mon cas et la raison pour laquelle je ne m’étais pas aperçu chez-moi de ce changement de

ressenti. 

En effet, j’ai refait des tests par la suite chez-moi et ce dac, bien qu’il passe ce type de fichiers sans

broncher, expérimente un changement d'attitude lorsqu'on lui impose ce genre de menu au déjeuner. Ce n’est pas mauvais mais lorsque l’on s’est habitué à la magie qu’il diffuse en 16/44, Après, 

c'est une question de goûts. Avec des fichiers HR la restitution devient plus résolutive justement, plus

précise, plus moderne. Il fait plus de son mais moins de musique tout en restant pour moi un dac 

musical. C'est donc un jugement personnel car, comme vous l'aurez compris, je privilégie la musicalité 

et en 16/44, de tout ce que j'ai testé, je ne lui connais pas de rival et notamment à son niveau de prix

très, très doux par les temps qui courent. 

Thorsten Loach, le concepteur du dac AMR, pour éviter ce problème, avait décidé d’utiliser deux puces dans sa machine. D’un côté une R2R basée sur une Philips et de l’autre une Sigma Delta basée sur une puce Wolfson. Le dac passait de l’une à l’autre en fonction du message reçu. Sur la Philips pour du 16/44

et sur la Wolfson pour tout ce qui était au-delà de cette fréquence.

 

C’est donc un Loïc qui peut ne pas représenter trop d’inconvénients pour certains, voire même un avantage car le dac réagit bien selon le type de fichiers mais personnellement je le préfètre en 16/44.

Tenez par conséquent en compte le fait que j’ai baissé de 20 points la note finale de ce dac par rapport aux qualités offertes en 16/44 kHz. D'autres lui rajouteraient certainement ces 20 points du fait justement

d'avoir accèes à ces deux types de restitution. 

IMG_7687.JPG
IMG_7836.JPG

Ma conclusion :

Une machine un peu à contrecourant. Le concepteur sait comment faire de la musique

avec ses machines.

Et quelle musique !

Or, la modernité exige qu’un bon dac soit également en mesure de vous préparer votre super café du matin. Et peu importe la 

qualité de ce dernier. 

Catégorie :

Un appareil faisant de la MUSIQUE et

de l'EXCELLENT SON.